31380 Montastruc - Tél. 05 61 84 21 12

Notre Savoir-Faire

Votre Maître Artisan Pâtissier à Montastruc (31)

De père en fils, de père en fille, la famille Durand connaît très bien son métier, puisque de génération en génération, la passion n’a cessé de les animer dans votre pâtisserie de Montastruc la Conseillère.

La pâtisserie à Montastruc, un savoir-faire

La pâtisserie à Montastruc est une histoire de longue date dans la famille et dans la vie quotidienne des habitants du village.

En France, la pâtisserie est un art culinaire qui est a longtemps été moins reconnu que la cuisine du salé. Avec le temps, les  pâtissiers français sont devenus les grands noms de cet art culinaire de par tout le monde entier. Tout comme la cuisine traditionnel, la pâtisserie a une riche histoire dans les grandes villages tout comme dans notre beau village.

La pâtisserie à Montastruc, une tradition familiale

A ce jour, en 2018, monsieur et madame Durand  travaille dans la pâtisserie avec leurs filles, Nathalie et Isabelle. Un point commun les distingue c’est l’accueil chaleureux et enthousiaste qu’elles donnent sans exception chaque jour d’ouverture de la boutique. Une gentillesse hors norme, un pain délicieux et des pâtisserie fines, fraîches et authentiques.

Maison Durand Montastruc la Conseillère

Reportage et entretien du 16 avril 2018

Avec Madame Durand et ses filles, Isabelle et Nathalie

Madame Durand, pouvez vous vous présenter ?

Je ne suis pas d’ici, je suis arrivé en 1962 à Montastruc La Conseillère. Je suis originaire de l’Aveyron, née à Saint Affrique.

Avant j’étais institutrice à Bessière principalement en classe de cours préparatoire. J’étais ravi d’enseigner les enfants, j’avais un très bon contact avec eux. Nous avions des classes de 35 élèves. Parfois, il y a d’anciens élèves qui viennent me saluer et passent par le magasin.

Isabelle (fille de monsieur et madame Durand) peux tu nous parler de toi ?

J’ai fait des études de comptabilité tout d’abord puis j’ai commencé à la pâtisserie en 1988 lorsque des ouvriers sont partis. J’ai pu apprendre les bases sur place dès ce moment là. En 1990, j’ai passé le CAP à Toulouse en candidat libre et en 1991, je suis parti à Aurillac pour passer un brevet de maîtrise de pâtisserie.

Nathalie (fille de monsieur et madame Durand) peux tu nous raconter ton parcours en quelques mots ?

J’ai fait mes études jusqu’au bac puis j’ai quitté la maison pour aller travailler en restauration pendant 8 ans. J’ai travaillé comme commerciale et j’ai eu de nombreuses activités très variées.

Un jour deux vendeurs ont pris la retraite et je suis venu rejoindre la famille dans la pâtisserie à Montastruc. J’ai toujours aimé le contact, la vente et le commerce. Au départ j’ai assuré le remplacement tout en étant polyvalente, en étant à la fois à la fabrication comme à la vente.

Pouvez-vous nous dire en quelle année la famille Durand a commencé à exercer le métier de pâtissier ?

Le beau père a commencé à Lavaur dans la grande rue, je me souviens que c’était à côté d’une église. C’était avant la guerre au début des années 30. Lui était pâtissier et il travaillait avec son frère qui était boulanger. Plus tard, il est venu à Montastruc en 1936 pour acheter la boulangerie qui était au village. Il a vécu là avec sa famille, son épouse et ses enfants alors que son frère est parti sur Bessière.

Comment êtes vous passé de l’enseignement à la pâtisserie ?

Pour commencer, le week-end quand j’étais libre je venais aider mon époux et apporter mon soutien au magasin. Plus tard, j’ai fini par aimer ce travail et j’ai pris l’initiative de rejoindre mon mari à la pâtisserie Durand de Montastruc.

Votre époux, Claude Durand, fait il ce métier de pâtissier depuis son jeune âge ?

Claude est parti en 1958 à l’école de boulangerie des Grands Moulins de Paris. Il a commencé à travailler dans la boulangerie tout en faisant des tournées. J’ai le souvenir qu’il a travaillé l’été au Cap d’Agde pendant quelques temps. Il a commencé jeune avec son papa qui lui a enseigné la pâtisserie.

Vous confectionnez vos pâtisseries à l’ancienne, artisanalement, comment procédez vous ?

On fabrique toutes nos pâtes et nos crèmes. Tout est fait maison à l’ancienne. C’est très long et nous ne sommes pas aux 35 heures c’est certain. Les glaces, les chocolats, les petits fours, les petits gâteaux, les viennoiseries tout est fait ici par nos soins.

Combien d’heures travaillez vous dans vos journées en moyenne ?

Cela nous prend en moyenne entre 10 et 11 heures par journée de travail chacun.

C’est un travail qui demande d’être debout et en cela c’est physique. Pendant les fêtes c’est vraiment intense et même dur. Pour Noël c’est pratiquement des nuits blanches pour beaucoup d’entre nous. Par exemple, on se trouve à emballer des bûches toutes les nuits.

Aussi, cela demande de la rigueur, de l’attention, de la précision car des recettes demandent à être respectées à la lettre.

Quelle est votre dessert préféré ?

Monique a répondu qu’elle aime tout. Les petits enfants eux aiment les gâteaux au chocolat et la glace à la vanille, surtout Alexandre.

Isabelle a son dessert préféré, c’est la croustade. Nathalie, elle a une préférence pour les brioches à l’ancienne et pour le limoux.

Pour les jeunes qui nous lirons, qui souhaiteraient eux aussi devenir pâtissiers, quels conseils pourriez-vous leur donner ?

Il faut que vous n’ayez pas peur du travail car cela nécessite d’y passer beaucoup de temps. C’est un métier, varié et créatif qui demande de l’organisation pour assurer les étapes de la fabrication.

C’est méticuleux, donc il faut s’accrocher et persévérer. La pâtisserie est un métier intéressant, ce n’est pas un travail à la chaîne et c’est varié car il y a de nombreuses pâtisseries et desserts à concevoir.